Posté le 18 décembre 2014 par Admin2

« On n’a jamais tort de parier sur l’intelligence »

Cynthia Ligeard s’exprime pour la première fois depuis la chute du gouvernement. Elle pointe l’attitude « de monarque absolu » de Philippe Gomès dans l’échec du contrat de gouvernance solidaire. Mais continue à croire en la responsabilité de la classe politique.

Les Nouvelles calédoniennes : Lundi, au Congrès, les élus FPU n’ont pas voté le train de réformes fiscales, entraînant la démission de Calédonie ensemble du gouvernement et, donc, sa chute. Avez-vous été lâchée par votre parti ?

Cynthia Ligeard : Ah non. Lâchée par Calédonie ensemble, qui a du même coup lâché le contrat de gouvernance solidaire [CGS, NDLR] et les Calédoniens oui, mais pas par mon parti. Au sein du CGS, les rôles étaient clairement définis. A mon groupe de ferrailler pour garantir que les textes proposés aillent dans le bon sens et à moi de faire en sorte que les loyalistes s’entendent, comme les électeurs nous l’avaient demandé. C’est notamment pour cela que j’ai fait une déclaration avant les débats au Congrès. J’étais dans mon rôle de présidente du gouvernement. J’ai fait mon job, mon groupe a fait le sien…

On n’a jamais tort de parier sur l’intelligence